vendredi 14 juillet 2017

La Dépêche du 14.07.2017

http://www.ladepeche.fr/article/2017/07/14/2612174-les-artistes-a-l-ouvrage-durant-tout-l-ete.html

Les artistes à l'ouvrage durant tout l'été

Fêtes et festivals

Du 14/07/2017 au 03/09/2017


Le temps des discours officialisant l'ouverture du festival./ Photo DDM.
Le temps des discours officialisant l'ouverture du festival./ Photo DDM.


Le vernissage du festival d'art contemporain est sans aucun doute le plus grand moment de la vie de l'association Rue des Arts, et ses bénévoles savent marquer l'événement. C'est aussi l'aboutissement de plusieurs mois de travail pour eux et ce jour-là une pression qui retombe enfin : «Tout s'est bien passé, les expos sont en place, le buffet garni et le ciel dégagé», confient Sonia et Nicolas.
Bernard Roy, président de Rue des Arts, au micro, remerciait l'édile de la cité et la conseillère départementale pour leur soutien et avant de présenter l'édition 2017, revenait brièvement sur les deux années précédentes : «Avec le thème contresens, dissidence, tolérance en 2015 puis le portrait en dissidence en 2016, l'accent était mis sur l'homme en société inscrit dans la violence du monde actuel. Cette saison, nous avons souhaité poursuivre ce questionnement par des représentations d'où l'homme est en apparence absent».
Le festival, intitulé «La nature à l'ouvrage», raconte justement, sans la montrer, l'action de l'homme. «S'intéresser à la nature n'est-il pas en définitive une autre manière d'approcher les hommes non comme sujets hors du monde mais comme des êtres s'inscrivant dans le monde par l'activité même qu'ils y déploient ?», questionne l'association.

Lianes, bois, signes flottants

Quatre artistes ont ainsi répondu à cette question avec talent. Anaïs Lelièvre déploie sur le lac ses signes flottants d'un langage sans cesse en devenir. Pierre-Louis Boudra présente à la cavité du Cruzet ses sphères de bois façonnées au hasard des rencontres dans la forêt. Véronique Matteudi a investi le Carré d'art avec des sculptures faites de lianes et des peintures au brou de noix. Laurent Millet propose, quant à lui, à la galerie du Philosophe, des séries photographiques déployant des constructions architecturales dans des espaces naturels extérieurs. Le tout forme une unité et une diversité en même temps qu'une exigence de cohérence, a au moins séduit le député Michel Larive. Il se dit dans son élément : «Je suis très très bien ici et je voulais vous dire que vous êtes très importants car vous participez à l'émancipation de notre peuple pour être libre et cultivé».
Festival jusqu'au 3 septembre et, dans le village, 40 artistes dans 20 lieux. Ouvert tous les jours.
La Dépêche du Midi



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire