vendredi 29 mai 2015

La Dépêche du Midi - Shaka, un graffeur engagé auprès des jeunes




 

 

Shaka, un graffeur engagé auprès des jeunes

 Publié le 29/05/2015 à 03:52, Mis à jour le 29/05/2015 à 07:44



 Les enfants et ados graffeurs d'un jour avec Shaka./Photo DDM.

Shaka, alias Marchal Mithouard, est de retour, le temps de l'inauguration d'un tag (ou graffiti) urbain à la salle de sports.

L'œuvre a été réalisé en juillet dernier, en trois jours. Depuis, la peinture murale est entrée dans le paysage du village. Il fallait bien un moment festif pour dévoiler non pas l'œuvre, mais la plaque qui porte la signature de l'artiste. La peinture de Shaka représente un joueur de basket montant au filet, lacéré et projeté, le bras en avant et sortant de son cadre.

Pour Rue des Arts, l'association qui réunit les artistes régionaux, Shaka, le Parisien, commence donc à entreprendre le tag dans les campagnes reculées de France, pour le plus grand bonheur de l'œil. «La ville n'a plus le monopole de l'art urbain», a dit dans son discours Jean-Pierre Pourtier, président de Rue des Arts.

Relier jeunesse et sports

 

«Pour moi, c'est un jeune artiste dissident, chez qui le graff tourmenté saisit la couleur vers une voie qui se rapproche de la peinture, qui interpelle ou qui déchire, comme diraient les jeunes. Nous avons sollicité Shaka avec une intention provocatrice de faire le lien avec la jeunesse d'ici et le sport. L'art est une façon d'importer de la ville ici, en milieu rural», ajoute-t-il.
Depuis 2007, Shaka dirige son travail vers une peinture (sculptée) où se mêlent expression et mouvement, y intégrant de manière unique la 3 D.

Cette technique soulève la curiosité dans le monde de l'art et après avoir participé notamment à l'exposition «Tag au Grand Palais», à Paris, il est invité à réaliser un solo show, en 2011, à la galerie Alexandre-Lazarew (Paris). Il présentera prochainement ses nouvelles recherches à la galerie De Re, à Los Angeles.
Une douzaine d'enfants de l'Alaé de l'école du Carla-Bayle et trois adolescents du service jeunesse ont joué de la bombe avec le maître, sur de grands panneaux à l'intérieur de la salle de sports, en préambule à l'inauguration. Shaka passe ainsi, symboliquement, le relais à une génération de tagueurs ruraux.
À noter qu'un film sur DVD a été réalisé sur les trois jours de gestation de l'œuvre. Il est en vente au siège de l'association.

La Dépêche du Midi