mercredi 13 avril 2016

Article paru dans "La Dépêche" suite à notre assemblée générale

La Rue des arts : «Cibler une certaine catégorie d'artistes»

Une assemblée générale riche en débat jusque tard dans la soirée./Photo DDM.

Pour une organisation très carrée, la salle ronde se prêtait bien à l'exercice de l'assemblée générale de l'association Rue des arts. Une quarantaine de membres s'étaient déplacés dont certains avec plus d'une vingtaine de pouvoirs dûment tamponnés. Il est vrai que depuis quelques années l'association s'est structurée avec la rigueur absolument nécessaire pour la bonne organisation de chaque événement. Et il n'en manque pas. Le bilan d'activité bien garni revenait ainsi sur une année passée avec notamment les Cent centimètres carrés, dont l'acronyme CCC est entré dans le langage courant, la Rand'artdonnée à la résidence hôtelière, l'exposition de printemps, l'inauguration de la peinture murale de Shaka et le festival de l'été Contresens-Dissidence-Tolérance.
Du côté des sous, Jean-Robert Loquillard, qui a pris dans son viseur la maîtrise des chiffres, montre un solde positif dans des colonnes soigneusement tracées. Et c'est à Jean-Pierre Pourtier, président de l'association, que revenaient les commentaires sur l'année passée et de formuler les remerciements adressés aux uns et aux autres, institutions et surtout aux bénévoles. «Cela ne va pas toujours de soi mais sans le bénévolat rien ne serait possible.»

Un emploi créé en CDI

Il a également annoncé le CDI signé avec Nicolas Lorieux qui a fait ses preuves lors du service civique effectué auparavant. Une embauche qui en plus d'être bien accueillie par les adhérents soulagera les bénévoles les plus actifs.
Et poursuivant : «Je tiens à repréciser l'axe qui détermine notre orientation, notre démarche qui se trouve être indépendante des ateliers-galeries, qui donne de la cohérence au village en apportant du tourisme profitable à tous. Notre orientation est avant tout culturelle et se veut être une certaine représentation des arts plastiques. Nous voulons cibler une catégorie d'artistes qui aborde les notions de contresens en référence aux artistes conventionnels. Il s'agit pour nous de dénicher ceux qui ont inscrit leur expression dans une démarche substituant leur histoire de vie à l'histoire de l'art.» L'exposition actuelle de Loreto Corvalàn en est d'ailleurs un parfait exemple. Mais l'année 2015 a été particulièrement exceptionnelle grâce à la collaboration avec le Fonds régionaux d'art contemporain (Frac) de Toulouse. Le but de Rue des arts est maintenant d'être reconnue comme axe clé en Ariège. «Nous devons œuvrer pour vivre en art toute l'année», terminait Jean-Pierre Pourtier.