mardi 4 décembre 2018

Votre samedi 8 au Carla-Bayle



Vous aurez largement de quoi vous occuper ce samedi 8 décembre au Carla-Bayle :
À 15 h. découvrez le travail de deux artistes d'origines russes à l'espace culturel des Coucarils. Revenez ensuite vers la place de l'Europe avec Kovel à la Galerie la Place et la Maison Jaune inaugurera le travail de quatre artistes et artisans d'art. Vers 18 h. vous pourrez alors vous diriger à la Galerie du Philosophe où sera inaugurée en musique l'exposition des Cent Centimètres Carrés avec près de 150 artistes ! Puis, passez inévitablement chez leur voisin l'Atelier d'Aglama pour le vernissage du travail de deux artistes : "Répandre l'art en décembre". Enfin vous pourrez finir votre soirée avec des tapas chez les Ginettes en écoutant DJ Balkaliente jusqu'à minuit.

Lors de cette fabuleuse soirée, les ateliers / galeries des autres artistes seront aussi ouvertes n'hésitez pas à déambuleer et à aller à la rencontre des artistes carlanais.

Lou Mondo, musicien au répertoire latino américain, seul avec sa guitare, son charrango et  sa voix, vous emmènera de l'autre coté de l'océan à partir de 18h sur la place de l'Europe où vous trouverez du vin chaud et de la soupe, idéales pour réchauffer les cœurs en cette soirée hivernale.






jeudi 15 novembre 2018

La Dépèche du 15.11.2018



Journée «portes ouvertes» des ateliers d'artistes

Journée «portes ouvertes» des ateliers d'artistes
Journée «portes ouvertes» des ateliers d'artistes
Ce dimanche, Le Carla-Bayle, cité des arts reconnue dans la région, ouvre grand ses portes à l'occasion de la première journée régionale des «portes ouvertes» des ateliers d‘artistes en Occitanie. Chaque artiste, chaque atelier et, bien sûr, l'association Rue des Arts se tiennent prêts à accueillir les visiteurs, leur faire découvrir le monde artistique et les encourager à la création. La Région souhaite promouvoir son territoire et les talents qui le composent. Elle a donc créé cette première journée des ateliers d'artistes d'art contemporain dans le cadre de sa nouvelle politique culture et patrimoine 2018-2021. Cette journée s'adresse au grand public et aux professionnels.
Elle permet de découvrir la création artistique au sein de l'espace de travail et favorise la visibilité des artistes qui exercent leur activité en Occitanie. Près de 300 ateliers devraient ouvrir leurs portes sur l'ensemble du territoire régional. Chaque atelier possède sa singularité : individuel, collectif, dans les écoles d'art, les résidences d'artistes, à la campagne, sur le littoral, en milieu urbain ou dans des lieux plus insolites, tels que les friches industrielles…
La Dépêche du Midi

lundi 12 novembre 2018

La Dépêche du 08.1102018



Les «Cent centimètres carrés» : le retour

Expositions

Du 09/12/2018 au 27/01/2019
L'exposition mélange les amateurs avec les professionnels./ DDM.
L'exposition mélange les amateurs avec les professionnels./ DDM.

L'exposition phare de l'hiver revient au Carla-Bayle à partir du 9 décembre et l'appel à candidature est en ligne. Les artistes de tout poil ont jusqu'au 17 novembre pour s'inscrire. Le succès de cette manifestation est tel que le nombre de places est dorénavant limité. Près de 2 500 œuvres de 10 cm de côté réalisées par près de 200 artistes seront exposées à la galerie du Philosophe.
Cette exposition est ouverte aux amateurs comme aux professionnels. Pour s'inscrire, c'est simple : envoyez la fiche d'inscription, remplie et signée, téléchargeable sur le site web de la Rue des Arts, accompagnée d'un chèque de 35 euros (20 € d'adhésion + 15 € de frais d'accrochage). L'exposition est ouverte du 9 décembre 2018 au 27 janvier 2019, tous les jours, de 14 heures à 18 heures. Le vernissage aura lieu le 8 décembre, à 18 heures, à la galerie du Philosophe, au cœur du village.
Formulaire d'inscription : en ligne
La Dépêche du Midi

mardi 6 novembre 2018

Journée Régionale : Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes d'Occitanie

https://www.laregion.fr/Journee-Regionale-portes-ouvertes-des-Ateliers-d-Artistes-37315

 À l'occasion de la Journée Régionale des portes ouvertes des ateliers d'artistes, initiée par la Région Occitanie, les artistes du Carla-Bayle vous invite à leur rendre visite dans la bastide et à la Z.A. de la Saubole le 18 novembre prochain.
Nous vous rappelons également que ce sera le dernier jour de l'exposition "Nos chères utopies", conçue par l'association /Parcours/d/architecture/ à la Galerie du Philosophe.
Espérant vous voir nombreux, à très bientôt !


lundi 5 novembre 2018

Conférence "Peinture et Photographie" par Dominique Roux


Conférence «Photographie et peinture»

Colloques et conférences

Le 06/11/2018
Dominique Roux. / Photo DDM.
Dominique Roux. / Photo DDM.

Caza d'oro et Rue des Arts proposent une conférence, le mardi 6 novembre, au cinéma, à 20 heures, avec l'artiste photographe Dominique Roux, autour du thème «La photographie et la peinture». La photographie, prise dès son invention sous le feu des attaques de Charles Baudelaire lui assignant la place «d'humble servante», n'a cessé d'hésiter tout au long de son histoire entre deux postures : la revendication de sa spécificité, de son histoire propre, et une attitude d'ouverture et de dialogue avec d'autres formes d'expression. Or l'art, depuis les années «60», est devenu hybride et profondément hétérogène et de nombreux plasticiens utilisent aujourd'hui la photographie pour non seulement représenter le réel, mais souvent aussi interroger et revisiter l'histoire de l'art.
«Cette conférence a pour but de revenir sur les rapports qu'entretient la photographie, depuis son origine, avec la peinture et de proposer un parcours dans un certain nombre d'œuvres contemporaines majeures où se jouent des rencontres fructueuses entre ces deux media de nature si différente.»
L'événement est gratuit et tout public. La rencontre se terminera avec le conférencier autour du traditionnel verre de l'amitié.
Dominique Roux a été, de 1982 à 2016, responsable du centre de documentation de la galerie du Château d'Eau, à Toulouse.
La Dépêche du Midi
Évènement gratuit au centre culturel du Mas d'Azil :



La Dépèche du 03.11.18



,

Les enfants mettent un pied dans la Rue des Arts

Éducation

L'artiste sculpteur Rico dévoile les secrets de la sculpture sur bois.
L'artiste sculpteur Rico dévoile les secrets de la sculpture sur bois.

Dans le cadre de la semaine des arts organisée par le centre de loisirs de Stain-Ybars, Villeneuve-du-Latou et Sainte-Suzanne, 37 enfants de 3 à 11 ans sont allés à la rencontre des artistes de la Rue des Arts, au Carla-Bayle. Et s'essayer à la peinture, à la sculpture et même à l'architecture, histoire de les accompagner sur les chemins de la création et de l'imaginaire couché sur le papier, creusé dans le bois ou élevé en maquette.
«C'est quelque chose que l'on tend à développer, explique Nicolas Lorieux, responsable culturel de la Rue des Arts, montrer, expliquer, initier les plus jeunes à l'art plastique. Et justement, nous bénéficions d'une aide de 40 % sur les frais de transport par le conseil départemental au titre de site d'intérêt culturel et d'une subvention allouée par la communauté de communes Arize-Lèze.»
Pour cela, les intervenants de l'association carlanaise se sont vraiment très impliqués : Rico, sculpteur sur bois, en pédagogue averti, a guidé les enfants, ciseau et maillet en main, sur le travail du bois, ayant pour ce faire préparé un gros morceau sur le thème d'Halloween, un thème qui leur parle. Kristel, elle aussi artiste du Carla, avec des formes sur du papier couleur, livrait aux enfants la technique du mariage des couleurs et des volumes.
À la bibliothèque, Cécile et Camille, tous deux volontaires en service civique, animaient l'atelier «archi», où les enfants se sont pris de passion à organiser des ensembles immobiliers cohérents et structurés en papier à la manière de «Nos utopies», l'exposition actuellement en place à la galerie du Philosophe sur l'architecture d'après guerre.
Quant à Nicolas, en charge des tout-petits, les doigts et la figure allègrement pastichés, il tentait de leur montrer comment tenir le fusain pour tracer des traits sur le papier et non pas à côté. Sous l'intitulé «Lez'artistes», le centre de loisirs, dirigé par Julie Armando, offrait ainsi une échappatoire artistique pour ces vacances, qui, grâce à la parfaite corrélation avec la Rue des Arts, devrait se renouveler.
La Dépêche du Midi

Pour tout renseignements contactez-nous au 05 67 44 18 01 ou par mail à contact.rue.des.arts[at]gmail.com

mardi 30 octobre 2018

Cent Centimètres Carrés 7 : Inscriptions en cours


Page de référence Cent Centimètres Carrés

L'appel à candidature est en ligne ! Vous avez jusqu'au 17 novembre pour vous inscrire. Attention le nombre de places est limité !

L'exposition phare de l'hiver revient au Carla-Bayle à partir du 9 décembre ! Près de 2500 œuvres de dix centimètres de côté réalisées par près de 160 artistes seront exposées à la Galerie du Philosophe.
Cette exposition est ouverte aux amateurs comme aux professionnels.
Pour vous inscrire c'est simple : Envoyez-nous la fiche d'inscription remplie et signée téléchargeable sur la page de référence accompagnée d'un chèque de 35 euros (20€ d'adhésion + 15€ de participation).
L'exposition est ouverte du 9 décembre 2018 au 27 janvier 2019, tous les jours de 14 h. à 18h. Vernissage le 8 décembre 2018.



Le vernissage aura lieu le 8 décembre à 18 h. à la Galerie du Philosophe au cœur du village.

À très vite !

L'équipe de Rue des Arts

CONFÉRENCE "PEINTURE ET PHOTOGRAPHIE"


https://www.facebook.com/events/557080411397680/

 Conférence "PEINTURE et PHOTOGRAPHIE" par Dominique ROUX

 Samedi 6 Novembre à 20h à l'Espace Culturel Multimédia du Mas-d'Azil 


"La photographie, prise dès son invention sous le feu des attaques de Charles Baudelaire lui assignant la place « d’humble servante » n’a cessé d’hésiter tout au long de son histoire entre deux postures : la revendication de sa spécificité, de son histoire propre, et une attitude d’ouverture et de dialogue avec d’autres formes d’expression.

Or l’art depuis les années 60 est devenu hybride et profondément hétérogène et de nombreux plasticiens utilisent aujourd’hui la photographie pour non seulement représenter le réel mais souvent aussi interroger et revisiter l’histoire de l’art. Dans ce contexte le métissage des pratiques mais aussi l’imitation, l’ironie, le pastiche, la citation sont des procédures utilisées par les artistes postmodernes.
Cette conférence a pour but de revenir sur les rapports  qu’entretient la photographie depuis son origine avec la peinture et de proposer un parcours dans un certain nombre d’œuvres contemporaines majeures où se jouent des rencontres fructueuses entre ces deux mediums de nature si différente."
Dominique Roux

lundi 22 octobre 2018

La Dépêche du 19.10.2018



,

Un regard pertinent sur l'architecture rêvée

Expos

Du 19/10/2018 au 18/11/2018


Au milieu de la galerie trône la maquette du Mirail, à Toulouse. / Photo DDM, M.B.
Au milieu de la galerie trône la maquette du Mirail, à Toulouse. / Photo DDM, M.B.


Une fois n'est pas coutume, la Rue des Arts met l'art plastique un peu de côté, le temps d'une exposition sur l'architecture contemporaine d'après-guerre. Plus documentaire qu'artistique, cette exposition, mise en place avec le concours de l'association Parcours d'architecture, représentée par Jocelyn Lermé et Didier Sabarros, montre toute l'extravagance des réalisations. Et judicieusement appelé «Nos chères utopies», avec pas moins de 400 photographies et documents divisés en 11 catégories, ce travail explique que les utopies, qui en principe restent dans la tête, sont ici réalisées, si l'on fait abstraction de la tour Occitanie, à Toulouse, qui pour l'instant reste à l'état de maquette. Des grands ensembles urbains aux centrales nucléaires, en passant par la maison de «Mon oncle», depuis soixante-dix ans toutes les constructions, dans leur aspect et dans leur destination, sont le fruit des rêves des maîtres d'ouvrage et des maîtres d'œuvre. Ainsi, poursuivant le thème de l'habitat initié cette année par la Rue des Arts, Bernard Roy, président de l'association, voit cette exposition comme une explication de texte sur notre histoire commune : «Jocelyn Lermé et Didier Sabarros nous ont proposé d'aborder les productions architecturales et urbaines au sens large comme les témoignages privilégiés des aspirations sociales d'une époque, la cristallisation des rêves d'une société». Une pièce importante est constituée par la maquette du Mirail, évoqué aujourd'hui plus dans les faits divers que dans son ensemble architectural. «C'était à l'époque un projet utopique qui devait faciliter de nouveaux (et bons !) rapports entre ses habitants», poursuit Bernard Roy. Mais l'exposition met en lumière ce qui est entré dans notre quotidien. «Une fois que vous aurez vu cette exposition, vous saurez que l'utopie est à chaque coin de rue», mentionne Jocelyn Lermé. Et il ajoute : «Cela s'appelle «Nos chères utopies» car non seulement ce sont les nôtres depuis soixante-dix ans, mais c'est une manière de vous associer à ces utopies car elles ne vous surplombent pas, elles sont là parmi nous tous les jours, on y tient pour la plupart d'entres elles, c'est en fait la somme de nos aspirations, de nos imaginaires».
Galerie du Philosophe, jusqu'au 18 novembre, tous les jours, de 14 heures à 18 heures.
La Dépêche du Midi

mardi 16 octobre 2018

C'est un agenda !

http://cultureariege.fr/wp-content/uploads/2018/10/audience-868074_1920.jpg

C'est nouveau : http://cultureariege.fr/
Cet agenda généré par nos amis de la Studiothèque (Carla-Bayle) vient d'être mis en ligne et a pour vocation de référencer les événements culturels pas trop trop loin pour nous autres habitants, de passage ou limitrophes de l'Ariège.
Une fin d'année culturelle bien remplie se prépare !

mardi 9 octobre 2018

Vernissage : Nos chères utopies


https://www.facebook.com/events/216216452260776/

Exposition : Nos chères utopies, villes et architectures rêvées en France de 1945 à nos jours.

Commissariat : Jocelyn Lermé et Didier Sabarros
Galerie du Philosophe, du 13 octobre au 18 novembre 2018.
Vernissage le 13 octobre 2018 à 18h.

À l'occasion de cette exposition, Parcours/d/architecture/ propose d'aborder les productions architecturales et urbaines au sens large comme les témoignages privilégiés des aspirations sociales d'une époque, la cristallisation des rêves d'une société. "Nos chères utopies" propose ainsi non seulement une analyse d'architectures et de villes idéales depuis près de 70 ans mais également une éclairage sociologique des rêves des maîtres d'ouvrage et maîtres d’œuvre qui ont contribué à leur naissance.

La Dépêche du 05.10.2018

https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/05/2882265-village-affiche-murs-galerie-philosophe.html

Le village s'affiche sur les murs de la galerie du Philosophe


Le vernissage de l'exposition avec les artistes./ Photo DDM.
Le vernissage de l'exposition avec les artistes./ Photo DDM.


«Carla-Bayle, village monde», c'est le titre de l'exposition de deux artistes, Sophie Bacquié et Bérangère Cagnat, une exposition organisée à l'occasion des vingt ans du centre d'accueil pour demandeurs d'asile et proposée par la Rue des Arts. «Quand Aurélie Entresangle, directrice du CADA, a sollicité la Rue des Arts, il nous est apparu évident que nous devions, à travers un travail d'art plastique, mettre en scène le lien social entre les résidents du centre d'accueil et ceux du village», explique Bernard Roy, président de l'association Rue des Arts.

Un résultat saisissant

Le résultat est saisissant lorsque l'on pénètre dans la galerie : on a une vue d'ensemble de ce qui fait ce «village monde», par des dessins d'une part et des textes d'autre part. Il faut se réserver du temps pour faire le tour et prendre la mesure de ce travail très pointu. Ce que la dessinatrice transmet en matière de ressenti vient en complément de ce que la journaliste rédactrice observe et analyse.
«Cette exposition, c'est la somme des rencontres que Sophie et Bérangère ont effectuées pendant le mois de juillet et aussi un compte rendu des interviews d'un grand nombre d'habitants du village et de résidents du CADA, poursuit Bernard Roy. Ce miroir qu'elles nous présentent, c'est leur vision du village, mais c'est aussi l'occasion d'en voir une certaine réalité et une manière de nous interpeller sur ce qu'elles ont décidé de nommer un village monde.»
Ces deux artistes ont une longue expérience des reportages graphiques en commun publiés dans des revues nationales comme «Alternatives économiques» ou «Bastamag».

Un simple coup de peinture

Leur reportage graphique au Carla-Bayle s'inscrit bien dans cette famille de sujets sociaux, auxquels elles sont très attachées.
La particularité, c'est aussi que les dessins sont réalisés à même les murs de la galerie et sont voués à disparaître lors de la prochaine exposition, par une simple couche de peinture blanche.
Jusqu'à dimanche, de 14 heures à 18 heures.
La Dépêche du Midi

mercredi 26 septembre 2018

Conférence-concert en hommage à Jean-Claude Risset


Itinéraire d’un explorateur du monde sonore numérique 



25 octobre 2018 à 20 h. Comètes Innovation, Lézat sur Lèze.

Cette conférence est un hommage à Jean-Claude Risset, pionnier de l’informatique musicale. A la fois scientifique et compositeur, J.C. Risset a travaillé dans les années soixante aux Bell Labs avec Max Mathews sur les premiers logiciels de synthèse de sons par ordinateur et il a été le directeur du département ordinateur de l’IRCAM sous la direction de Pierre Boulez. Il est parmi ceux qui ont élevé l’ordinateur au statut d’instrument de musique en s’intéressant particulièrement à la simulation des sons instrumentaux, les illusions sonores et paradoxes musicaux. Avec son collègue John Chowning  (qui mit au point la synthèse par modulation de fréquence utilisée par Yamaha dans ses célèbres synthétiseurs), - il a contribué à l’émergence des moyens informatiques très largement utilisés aujourd’hui dans les différentes musiques électroniques.

La conférence sera donnée par Gyorgy Kurtag jr. coordinateur Arts/Sciences au SCRIME et également compositeur chercheur.
Une première édition de la conférence a eu lieu dans le cadre du festival Electro Alternativ#13 le 16 septembre 2017 au Centre Culturel Bellegarde à Toulouse, en partenariat avec Quai des Savoirs à Toulouse.


vendredi 21 septembre 2018

Ouverture des inscriptions aux Cent Centimètres Carrés !

https://la-rue-des-arts.blogspot.com/p/blog-page.html
Page de référence Cent Centimètres Carrés

L'appel à candidature est lancé ! Vous avez jusqu'au 17 novembre pour vous inscrire. Attention le nombre de places est limité !

L'exposition phare de l'hiver revient au Carla-Bayle à partir du 9 décembre ! Près de 2500 œuvres de dix centimètres de côté réalisées par près de 200 artistes seront exposées à la Galerie du Philosophe.
Cette exposition est ouverte aux amateurs comme aux professionnels.
Pour vous inscrire c'est simple : Envoyez-nous la fiche d'inscription remplie et signée téléchargeable sur la page de référence accompagnée d'un chèque de 35 euros (20€ d'adhésion + 15€ de participation).
L'exposition est ouverte du 9 décembre 2018 au 27 janvier 2019, tous les jours de 14 h. à 18h.




Le vernissage aura lieu le 8 décembre à 18 h. à la Galerie du Philosophe au cœur du village.

À très vite !

L'équipe de Rue des Arts

jeudi 20 septembre 2018

Ateliers scolaires


https://drive.google.com/file/d/1QZYoFtKmax4tVzgKz5y7yQpI8VnSC0U3/view?usp=sharing
document téléchargeable en cliquant l'image

L'année scolaire est lancée ! Nous proposons des ateliers à destination des scolaires et des organismes périscolaires avec les artistes du village. Initiations au modelage, à la peinture, au dessin, à la sculpture, à la gravure et à l'art contemporain sont désormais possible à Carla-Bayle pour vos classes de maternelles et primaires. N'hésitez pas à nous contacter !

lundi 10 septembre 2018

Vernissage : Carla-Bayle, village monde


Vernissage de l'exposition "Carla-Bayle, village monde" un reportage graphique de Sophie Bacquié et Bérangère Cagnat".
À l'occasion des 20 ans du Centre d'Accueil de Demandeurs d'Asile du Carla-Bayle, l'association Rue des Arts en partenariat avec le CADA vous proposent une exposition de Sophie Bacquié et Bérangère Cagnat à la Galerie du Philosophe.
Respectivement plasticienne et journaliste, elles étaient en résidence dans cette petite bastide atypique en juillet dernier pour une investigation de deux semaines à la rencontre des différents acteurs du village.

Après l'inauguration du totem des enfants du CADA encadrés par le sculpteur du village Rico, venez échanger avec Sophie et Bérangère sur leur travail autour d'un verre à 17h à la Galerie du Philosophe.
Nous vous donnons rendez-vous ensuite à 20h30 à la salle multimédia du Fossat pour un concert-lecture autour du Kurdistan organisé par la Pupal Arize Lèze.

Retrouvez le programme de la semaine anniversaire du CADA ici : https://communication8248.wixsite.com/adoma-carla-bayle

jeudi 30 août 2018

mardi 28 août 2018

Outro video

Pour cette dernière semaine d'exposition retrouvez Yan Bernard, Alexis Judic et Nicolas Daubanes en interview à propos de l'exposition Habiter le Bâti au Carla-Bayle.
Ces vidéos vous introduisent au travail des trois artistes invités cet été dans le cadre du 24e Festival d'Arts Plastiques du village. Vous n'avez plus qu'une semaine jusqu'au 2 septembre pour visiter ces trois expositions. Merci Camille qui est volontaire en Service Civique pour cette production. Puisse ces vidéos vous donner envie de passer nous voir. À très vite !
N'oubliez pas que la vingtaine d'autres lieux resteront ouverts en septembre et le reste de l'année les weekends !

Yan Bernard
Alexis Judic
Nicolas Daubanes

mercredi 22 août 2018

Vite, plus que deux semaines !

Plus que deux petites semaines pour profiter des trois expositions Habiter le bâti de Yan Bernard, Alexis Judic et Nicolas Daubanes au Carla-Bayle !
Trois artistes, trois lieux, trois expos. De quoi se nourrir d'art contemporain jusqu'à la fin des vacances scolaires, en plus des nombreux espaces d'exposition ouverts dans le village.Des médiateurs culturels sont là pour échanger avec vous autours des expositions, n'hésitez pas à aller à notre rencontre tous les jours de 14h à 18h et ce jusqu'au 2 septembre. Nous vous attendons ! Les peintres, sculpteurs, céramistes, graveurs et artisans vous accueillent toute l'année au Carla-Bayle. Tous les jours l'été, puis tous les weekends le reste de l'année, procurez vous la brochure sur place, lieux spécialisés ou dans les offices de tourismes pour connaitre précisément leurs horaires d'ouvertures.




Instagram

 Nous sommes désormais actifs sur Instagram ! Retrouvez régulièrement sur votre smartphone des nouvelles de l'association via ce réseau social dédié à l'image et aux hashtags. 😃 😎 📱
#connected #galerieduphilosophe #carlabayle #helloworld
 
 


mercredi 8 août 2018

Article La Dépêche du 08.08.2018


L'art expliqué par Cécile, Camille, Claire et Nicolas

Culture - Histoire

Claire, Camille, Nicolas et Cécile à l'intérieur de l'œuvre d'Alexis Judic «Reach for the dead»./ Photo DDM, Michel Buc.
Claire, Camille, Nicolas et Cécile à l'intérieur de l'œuvre d'Alexis Judic «Reach for the dead»./ Photo DDM, Michel Buc.
Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont dynamiques et surtout ils s'intéressent à l'art contemporain et cherchent à savoir ce qui se cache derrière les œuvres. Et puis ils aiment faire partager leurs connaissances et expliquer au public le pourquoi du comment. C'est ainsi qu'entouré de trois jeunes filles l'administrateur culturel de Rue des arts, Nicolas Lorieux, passe l'été au Carla. Les trois jeunes filles, deux en service civique et une en stage d'été, ont chacune un parcours, une approche du monde de l'art et des projets différents.
Cécile, 23 ans, en service civique depuis le 2 mai, vient de Paris après des études en travaux paysagers. Si la filière semble loin de l'expression artistique pure, son intérêt pour le dessin et la photo l'a poussée à répondre à cette offre de Rue des arts. «Je suis sensible à l'art en général et je me suis dit que c'était un bon moyen pour s'immerger dans ce milieu, d'autant que j'ai de la famille en Ariège, c'est plus facile.»
Camille, 23 ans aussi, pour le même contrat, est arrivée en juin. Elle a fait des études en design et graphisme à Toulouse et Bordeaux. C'est par le biais d'une de ses professeurs et adhérente à l'association carlanaise, Fabienne Roux, qu'elle est entrée en relation avec Rue des arts. «Pour moi, c'est un complément de mon statut d'artiste indépendante en même temps qu'une expérience que j'espère enrichissante.» Si la première ira jusqu'au terme de ses douze mois, Camille s'arrêtera en chemin pour développer son activité de graphisme.
La troisième, Claire, 21 ans, a postulé pour un stage pendant la période du festival d'arts plastiques. Suivant des études de droit, une petite escapade dans l'univers plus tortueux des artistes lui a semblé judicieux : «Je porte un intérêt particulier sur l'art, les différentes techniques et je me tiens à jour de ce qui se fait.»
Cécile et Camille font 25 heures par semaine, Claire 20 heures et toutes les trois accueillent le public dans les trois galeries que gère Rue des arts. Elles guident, expliquent et répondent aux questions sur ce qui est présenté. Nicolas chapeaute un peu tout ça et Philippe de Watteville, artiste du Carla très impliqué dans l'association, veille au grain.
La Dépêche du Midi

vendredi 13 juillet 2018

Article La Dépêche du 13.07.2018


,

Le festival artistique du Carla expose une trentaine d'artistes

Expos

Bernard Roy, président de Rue des arts; le maire Jean-Luc Couret et les élus lors du  vernissage./ Photo DDM.
Bernard Roy, président de Rue des arts; le maire Jean-Luc Couret et les élus lors du vernissage./ Photo DDM.

Le 24e festival d'arts plastiques du Carla-Bayle s'installe tout l'été dans trois lieux dédiés à trois artistes contemporains, Yan Bernard, Nicolas Daubanes et Alexis Judic, autour du thème «Habiter le bâti». Après «La nature à l'ouvrage», thème de l'an dernier, cette année l'association Rue des arts a souhaité prolonger cette interrogation sur «l'habiter» en la recentrant sur le bâti. Accueillant le public par un discours de bienvenu, Bernard Roy, président de l'association, remerciait de leur présence les élus, dont Jean-Luc Couret, maire du Carla-Bayle ; Raymond Berdou, conseiller départemental, et Michel Larive, député, qui apportent un soutien indéfectible depuis de nombreuses années : «Leur soutien nous permet de poursuivre notre mission de diffusion de l'art contemporain en milieu rural en maintenant une programmation exigeante.» Une représentation de l'art contemporain qui généralement ne dépasse pas les remparts des grandes villes et qui interroge sur notre manière de vivre et, ici, pour l'occasion notre manière d'habiter sur la Terre avec nos travers et incohérences. Au Carré d'art, Alexis Judic avec ses peintures murales et Carlota interroge la ville pavillonnaire et standardisée. La pièce centrale «Reach for the dead» est une sculpture qui donne à voir le squelette d'une structure. À la bibliothèque du musée, Yan Bernard utilise les images de façades «street view de Google Earth» pour produire des images synthétiques et recyclées qui ont pour but de questionner où est le réel, où est le virtuel. Nicolas Daubanes, à la galerie du Philosophe, s'est penché sur les multiples modes de résistance à l'univers carcéral ou d'évasion. Il met ainsi en scène plusieurs représentations dont des frottages au graphite des murs d'une prison et en céramique dentaire fragmenté d'une clef d'une des portes du quartier femmes des Baumettes.
Une brochure éditée en français et traduite en anglais (c'est nouveau) fait toute la lumière sur ce thème et répertorie la vingtaine d'ateliers galeries d'artistes peintres, sculpteurs, céramistes, photographes nichés dans la cité des arts.
La Dépêche du Midi

jeudi 5 juillet 2018

La Dépêche du 04/07/2018


,

Le festival d'art contemporain s'intéresse à l'habitat en 2018

Fêtes et festivals

Du 07/07/2018 au 02/09/2018
L'artiste Nicolas Daubanes devant une de ses œuvres et Nicolas Lorieux, administrateur culturel. / DDM, M. B.
L'artiste Nicolas Daubanes devant une de ses œuvres et Nicolas Lorieux, administrateur culturel. / DDM, M. B.

Après avoir placé le festival 2017 sous le thème de la nature à l'ouvrage, cette année, pour la 24e édition du festival d'art plastique, l'association Rue des arts s'intéresse au bâti, aux maisons, aux habitations. Une suite logique qui a pour but d'éclairer le public sur l'intégration de l'habitat dans le paysage et tout ce que cela génère comme modification de l'espace naturel. Bernard Roy, président de l'association Rue des arts, explique la démarche : «Nous avons souhaité adresser le thème de «l'habiter» en questionnant les multiples faces de l'espace social, celui de l'espace urbain et rural qui nous entoure mais également celui des créations éphémères des utopies.» Volontairement, l'association a mis de côté les réalisations des grands architectes pour s'intéresser principalement à l'architecture de «tous les jours».
Ainsi sur ce thème, trois artistes exposent leurs travaux : Yan Bernard, Nicolas Daubanes et Alexis Judic, qui élaborent un constat critique et parfois désabusé. Alexis Judic analyse le parcours catastrophique de la ville pavillonnaire et son habitation individualisée dont l'entropie menace l'habitabilité du monde à laquelle il oppose les formes architecturales utopiques et communautaires. Reproduisant des processus de croissance analogues à celui des cristaux, Yan Bernard produit à l'infini des formes dont la multiplication brouille la signification originelle. Par là il interroge le rapport entre virtuel-réel et l'idée d'architecture, l'ambiguïté d'un objet-sculpture-maquette. Nicolas Daubanes concentre son champ d'action sur les espaces sociaux clos comme les prisons, les écoles ou les hôpitaux. Il interroge les multiples modes de résistance au contrôle social dont ces architectures spécifiques sont à la fois le symbole et la mise en œuvre pratique.
Le festival est aussi le coup d'envoi de la saison pour les nombreuses galeries d'art disséminées dans le village qui ouvrent ce jour-là.

Du 7 juillet au 2 septembre. Contact : galerie du Philosophe, tél. 05 67 44 18 01.
Vernissage samedi, à 18 heures, place de l'Europe, précédé par l'inauguration à 17 h 15 d'«Inside out», portraits de Carlanais collés sur le rempart sud.
La Dépêche du Midi

Article La Dépêche du 28.06.2018

Précision : Yan Bernard aura son travail exposé dans la bibliothèque et non dans le temple !



,

Festival d’été de Carla-Bayle

Le Carla-Bayle organise son festival d'été.
Le Carla-Bayle organise son festival d'été.
Cette ancienne citadelle, fortifiée au XIVe siècle par Gaston Fébus, qui héberge dans ses ruelles anciennes et maisons de caractère de nombreuses galeries d’art, organise, du 8 juillet au 3 septembre, son Festival d’été sur la thématique de l’« habiter ». Introduite par l’exposition de printemps, cette thématique est développée durant l’été avec trois artistes, Yan Bernard, Nicolas Daubanes et Alexis Judic.
Yan Bernard présentera la création d’un ex-voto de papier qui sera suspendu dans le temple protestant du village. Il exposera également ses architectures dans le carré d’art. Nicolas Daubanes travaille sur le rapport des résidents à leurs lieux d’hébergements forcés. Les prisons, les hôpitaux sont ses premiers centres d’intérêt et sujets de questionnement. Il exposera à la Galerie du Philosophe une œuvre autour du thème de la sirène d’alarme. Quant à Alexis Judic, son travail ne cesse de s’inscrire dans un lieu intermédiaire entre les arts plastiques et l’architecture.
http://contactruedesarts.wix.com
ladepeche.fr

La Dépèche du 05/07/2018



,

Au Carla-Bayle, une exposition sur les remparts dans le style de l'artiste JR



En début de semaine, les bénévoles se chargent de coller les photographies sur les remparts./Photo DDM, M.B.
En début de semaine, les bénévoles se chargent de coller les photographies sur les remparts./Photo DDM, M.B.

Samedi 7 juillet, le village inaugurera sur les remparts sud une exposition de photographies d’habitants, qui s’inscrit dans le cadre du projet Inside Out, initié par l’artiste JR.
Le travail est physique : dès le matin, une dizaine d’habitants du village du Carla-Bayle, tous bénévoles, collent 220 portraits d’habitants en noir et blanc sur les remparts sud. L’un se tient en bas, pour assurer que le bas soit bien fixé, pendant que les autres restent en hauteur pour placer la colle et faire adhérer les images à la brosse.
Pendant l’installation, les badauds s’arrêtent pour commenter le travail de leurs voisins et essayer de reconnaître des visages familiers. Colle à tapisserie, coups de brosses pour faire adhérer le papier recyclable au mur de pierre, échelles et nacelles, la tâche est ardue mais le résultat gratifiant. Des portraits captivants de personnes de tout âge se succèdent, parfois tendres, drôles ou sérieux. Cette exposition peu banale sera inaugurée samedi, et visiteurs et curieux pourront découvrir l' impressionnante tapisserie murale représentant leurs voisins.

Dans le cadre du projet Inside Out de "JR"

L'initiative s’inscrit dans le cadre du projet Inside Out, initié par l’artiste JR, connu pour ses portraits grandeur nature. En 2011, il décide de lancer un projet d’art participatif et global, intitulé Inside Out. Il propose à chacun, en s’inspirant de ses propres œuvres grand format, de coller leurs portraits dans les rues pour véhiculer un message particulier. Plus de 260 000 personnes à travers le monde se sont lancées dans cette aventure artistique inédite… tout comme les Carlanais.
Conquis par l’idée, certains habitants ont décidé en septembre dernier de participer. Avec une idée bien précise en tête : " Le Carla est la ville natale du philosophe Pierre Bayle, qui prônait la tolérance, les habitants du Carla ont voulu célébrer ça tous ensemble ", explique Philippe de Watteville, artiste peintre qui participe à l’installation des portraits.

Célébrer la tolérance

Un message particulièrement résonnant pour cette commune, repaire d’artistes ouverts aux autres, où près de 10 % de la population sont en Cada (centre d’accueil de demandeurs d’asile). Il a fallu cependant entamer de nombreuses discussions auprès des habitants pour jauger le projet, et les convaincre.
Une dizaine de photographes bénévoles, amateurs ou professionnels, ont proposé leurs services et tiré le portrait des 220 habitants qui se sont prêtés au jeu dans un studio récurrent dans une épicerie et dans des studios mobiles. Le résultat a été imprimé à New York et financé par JR. Cette mosaïque de photographies en papier recyclable restera sur les murs jusqu’à ce la nature et le temps aient fait eux aussi leur œuvre.
MANON BRICARD

lundi 2 juillet 2018

La Dépêche du 30.06.2018

https://www.ladepeche.fr/article/2018/06/30/2827860-le-projet-inside-out-de-jr-habillera-les-remparts.html

Tout sur le projet ici : https://carlabayleinsideout.tumblr.com/

Le projet Inside Out de JR habillera les remparts

À la réception des 220 posters représentant les Carlanais./  Photo M. B.
À la réception des 220 posters représentant les Carlanais./ Photo M. B.

Sur 250 m de remparts côté sud, 220 portraits de Carlanais seront collés la semaine prochaine et inaugurés le 7 juillet. Cet événement, appelé Inside Out, initié par l'artiste français et photographe JR, doit célébrer la tolérance et la différence à travers le monde en exposant le portrait photographique d'habitants dans sa mixité ethnique. Bien sûr, Le Carla-Bayle, ouvert aux peuples depuis des siècles notamment par le biais de son philosophe, mais pas que, s'est mis sur les rangs pour participer à cette immense exposition. Une dizaine de photographes amateurs ou professionnels se sont donc mis à la disposition des «gueules carlanaises» pour leur tirer le portrait en noir et blanc. Ils ont installé durant avril et jusqu'à début mai un studio dans la commune ou ils se sont déplacés dans les hameaux, entreprises, au CADA (centre d'accueil pour demandeurs d'asile), dans les différentes associations sportives et culturelles. Ainsi plus de deux cents prises de vues ont été réalisées et envoyées à l'organisation à New York, qui s'est chargée de les tirer sur papier en format 90 x 135 cm. Quelques semaines après, le message d'outre-Atlantique parvenait aux coordinateurs carlanais : «Your posters have been shipped. I repeat : your posters have been shipped» ! (vos posters ont été expédiés). Les bénévoles devront donc coller les posters entre le 2 et le 7 juillet avec de la colle à tapisserie le long du rempart sud, depuis le haut. Ce qui, ils le savent, ne sera pas très facile. Les tirages disparaîtront ensuite au fil du temps et des caprices de la météo. Le coût des impressions et de l'expédition est totalement pris en charge par l'organisation JR. En contrepartie, le collectif devra réaliser un film et le poster sur le site Internet Inside Out Project et visible du monde entier.
JR, né à Paris, en 1983, a lancé ce projet d'art participatif et global, avec comme objectif de «changer le monde». Chaque action de groupe Inside Out autour du monde est documentée, archivée et publiée sur Internet. Plus de 260 000 personnes ont déjà pris part au projet, dans 129 pays de l'Équateur jusqu'au Népal, du Mexique en Palestine, inspiré par de nombreux thèmes, l'espoir, la diversité, les violences sociales, le changement climatique…
La Dépêche du Midi

jeudi 28 juin 2018

Les brochures sont arrivées !







Nous sommes fiers de vous présenter la nouvelle brochure 2018, diffusée toute l'année. Elle regroupe un calendrier annuel des expositions, un plan d'orientation du village, la présentation des artistes du Carla-Bayle et des lieux à ne surtout pas rater.

N'hésiter pas à vous procurez des exemplaires afin de les diffuser à votre entourage, vos contacts, où lieux culturels.
Cette année, nous avons décidé de traduire la brochure en anglais, afin de pouvoir toucher un plus large public, nous remercions donc chaleureusement Jeff Mason pour son aide précieuse.

Nous remercions également tous les artistes du village, et nos annonceurs*, pour leur participation.
L'image de couverture est extraite de la série Philae Descente - sérigraphie sur Dibon-2016, de Guillaume B.Gilles

*L'Oustal del Carlat au Carla-Bayle, le Musée de l'Affabuloscope au Mas d'Azil, le Marie Cuba Café à Artigat, et la Ferme des Terres de Solan au Carla-Bayle.



We are proud to show off the new 2018 brochure, available anytime. It gather an annual exibition planning, a map of the town, presentation  of Carla-Bayle artists and other incredible places.

Don't wait to to get some copies and diffuse it around you, give it to your contact or cultural establishment.
This year, we decided to translate our brochure in english, in order to reach a wide audience, so We want to give a special thank to Jeff Mason for his support and precious help.

We thank all Carla Bayle artists too and our advertisers* for their helpful participation.
The cover illustration came from Philae Descente series - silkscreen on Dibon-2016 by
Guillaume B.Gilles

*L'Oustal Del Carlat, Carla Bayle - l'Affabuloscope Museum, Maz d'Azil - Marie Cuba Café, Artigat -  Ferme des Terres de Solan, Carla Bayle



Save the date!

Le week-end du 7/8 Juillet 2018, laisser vous tentez par les multiples inaugurations et journées portes ouvertes organisées au cœur de la Vallée de la Lèze.

Dans l'ordre des festivités:
L’inauguration officielle du Musée de l'Affabuloscope, le Vendredi 6 Juillet, à 19h00
L’inauguration du projet photographique InsideOut, le Vendredi 7 Juillet à 17h15 en bas des remparts Sud.
L’inauguration du Festival d’été, où nous présenterons les travaux de Yan BERNARD, Nicolas DAUBANES et Alexis JUDIC, à 18h00, Place de l'Europe.

En parallèle, la journée portes ouvertes du Fab Lab aura lieu de 10h00 à 22h00, le Samedi 7 Juillet avec au programme une journée basée sur des échanges de discussions, ateliers et présentations.

 Sans oublier, la projection du documentaire de JR, à 21h00.








mercredi 20 juin 2018

24ème Festival d'Arts Plastiques

Le très attendu 24ème Festival d'Arts Plastiques estival approche à grands pas !

En effet, la vingt-quatrième édition du Festival d'Arts Plastiqes du Carla-Bayle est en préparation. Nous accueillons cette année le travail de Yan BERNARD, Nicolas DAUBANES et d'Alexis JUDIC dans trois lieux dédiés du village. Tout l'été des médiateurs culturels seront présents sur les sites pour échanger avec vous. En plus, une vingtaines d'ateliers et galeries accueillerons le travail de près de quarante artistes dans tout le village !

L'inauguration est prévue à 18h sur la place de l'Europe, nous vous y attendons !

Notez qu'à 17h15 un collage photographique monumental sera inauguré par un collectif du village dans le cadre de la participation du Carla-Bayle au projet Inside Out du Photographe JR. Plus tard, sur la place de l'Europe, vers 21h, aura lieu une projection d'un documentaire sur le projet Inside Out.





mardi 29 mai 2018

Plus que deux semaines !

Plus que deux semaines pour visiter l'exposition de Sophie Bacquié à la Galerie du Philosophe !
Quelques photos de l'accrochage pour vous donner envie, il y a encore plein d'autres œuvres à découvrir.




vendredi 27 avril 2018

France Inter - Carnet de Campagne

 

Réécoutez l'émission de Philippe Bertrand "Carnet de Compagne" sur France Inter.
Nous apparaissons dans la dernière émission d'une série de cinq dédiée à l'Ariège.

"Tout  d’abord coup de chapeau aux cinq jeunes femmes documentaristes qui ont créé en 2000 dans l’Ariège, à  Foix, leur association Caméra au poing. Parties d’une volonté de toucher un public éloigné de la culture et souvent en situation d’exclusion  sociale en animant des ateliers, nos réalisatrices ont inventé un média-médiation comme elles le définissent : la Télé-Buissonnière. Chaque mois elles mettent en ligne des courts-métrages  documentaires réalisés avec les habitants et diffusent les paroles d’une  population sur les grands thèmes qui agitent notre société. Les films sont mis en ligne, mais ils font aussi l'objet de  projections publiques. C’est leur télé brouette comme elles l’écrivent  sur le site de l’association. Le plus remarquable est que, 18 ans plus  tard, ce média participatif et citoyen, poursuit sa route en accompagnant de plus en plus de professionnels de  l’audio-visuel qui se greffent parfois aux projets.
Aujourd’hui  deux regards sur deux communes qui se distinguent dans la belle ruralité ariégeoise : Carla-Bayle, Bayle comme le  philosophe natif de cette commune, qui compte 800 habitants dont 10% de  demandeurs d’asile. Carla-bayle, c’est aussi le village des artistes et  de l’art contemporain avec son association rue des arts et les 20 galeries du village. Nicolas Lorieux est notre premier  invité et son association est également présentée dans les pages  numériques de La Vie.
Seconde commune Lézat sur Lèze et une dynamique de  fond au profit des relations intergénérationnelles. Moment festif des partages entre jeunes et anciens, le festival des  épouvantails. Amandine Essertel, seconde invitée, présentera ce  programme.
Hôtel d’entreprises, incubateur, Fab Lab, espace de coworking, pôle  d’innovation collaborative, beaucoup de noms ont été donnés à cet espace et tous sont pertinents car Comètes Innovation est un peu tout cela."


Assemblée Générale

 

L'assemblée générale de l'association Rue des Arts se tiendra le vendredi 4 mai 2018 à 19h00 à la Salle Ronde, place de l'Europe, à Carla-Bayle.
Nous serons très heureux de vous y retrouver.
Un pot clôturera la réunion.

Pour tout renseignements : 05 67 44 18 01 ou contact.rue.des.arts[at]gmail.com 
Notez que nous sommes à la Galerie du Philosophe de 14h à 18h tous les jours jusqu'au 10 juin à l'occasion de l'exposition Nos Bordures de Sophie Bacquié. N'hésitez pas à venir nous rencontrer.

évènement facebook : https://www.facebook.com/events/1664265540279492/


 Téléchargez l'ordre du jour.
 Téléchargez une procuration.
 Téléchargez un bulletin d'adhésion.



jeudi 26 avril 2018

Dans les pages numériques de La Vie et demain dans les Carnets de Campagne

http://www.lavie.fr/solidarite/carnets-citoyens/dans-l-ariege-des-artistes-font-revivre-un-village-par-la-culture-25-04-2018-89687_459.php
 
Magazine La Vie - Carnets citoyens

Dans l’Ariège, des artistes font revivre un village par la culture

© DR
© DR

Pour favoriser de nouvelles créations et promouvoir la culture en milieu rurale, des artistes ont créé une association qui organise, tout au long de l’année, des manifestations publiques.

Ancien bastion huguenot, le bourg de Carla-Bayle (Ariège) – qui doit son nom au philosophe Pierre Bayle natif du lieu –témoigne d'un passé prestigieux. Victime de l’exode rural, au milieu du siècle dernier, ce village-forteresse, abandonné par une grande partie de ses habitants, était en train de tomber en ruine. Avant qu’un jeune maire ne décide, à la fin des années 1980, de solliciter des créateurs pour en faire un espace culturel et artistique. Depuis près de 25 ans, ces derniers n’ont pas ménagé leurs efforts pour que cet endroit devienne un lieu unique où se retrouvent tout au long de l’année des acteurs culturels et sociaux qui contribuent à l’animer avec des expositions, des festivals et toutes sortes de manifestations publiques.
« En faisant revivre ce village, notre objectif est aussi de diffuser l’art en milieu rural », affirme Nicolas Lorieux, administrateur culturel de l’association Rue des Arts. « Nous voulons rendre l’art accessible au plus grand nombre, grâce à des projets de médiations, d’ateliers et de visites guidées. » L’association organise quatre temps forts : un festival d'arts plastiques estival qui, durant deux mois, propose des expositions, des conférences d’artistes invités et des concerts ; une exposition d'automne avec un jeune artiste, émergeant ou étudiant ; une exposition de miniatures, intitulée Cent centimètres carrées, ouverte à 200 artistes amateurs, professionnels, étudiants, débutants ou scolaires, et une exposition de printemps avec un artiste professionnel établi.
Une dizaine de galeries et d’ateliers sont ouverts tous les week-ends, avec des animations, des vernissages festifs, des conférences, des projections-débats et des soirées culturelles. « À travers ces différentes activités, nous voudrions faire progresser l’esprit de création qui nous anime », explique Nicolas Lorieux. Des actions rendues possibles par l’engagement d’une vingtaine de bénévoles, et d’un volontaire en service civique, qui participent activement à la vie de l’association. « Ils sont le cœur de notre association. Sans eux il aurait été impossible de mener à bien cette aventure. »
Le travail ne manque pas. Entre la mise en place des expositions, l’accueil du public, la participation à des groupes de travail, l’organisation des événements, les conseils juridiques et financiers et les indispensables campagnes de communication, ces bénévoles font feu de tout bois. Ils organisent aussi des discussions autour de réflexions sur l’art et des rencontres entre le public et les artistes invités, pour une introduction privilégiée à leurs œuvres et à leurs idées. Des contacts favorisés par des repas conviviaux partagés avec toute l’équipe de la Rue des Arts et les artistes qui habitent sur place.
Les expositions, installations et autres performances qui animent le village veulent donner une visibilité à tous les créateurs désireux d’engager leur art dans la vie sous toutes les formes, au moyen d’expositions, d’installations ou de performances. « Ces démarches artistiques questionnent le réel et invitent chacun à une réflexion philosophique sur le sens de la vie », témoigne Nicolas Lorieux. Autre fait remarquable : parmi ses 800 habitants (ils n’étaient plus que 400 à la fin des années 1980), Carla-Bayle compte environ 80 migrants hébergés dans un centre d’accueil de demandeurs d’asile. « C’est pour nous tous un grand motif de fierté ! Ce qui était autrefois une forteresse est aujourd’hui devenu un lieu ouvert et sécurisant pour des personnes qui cherchent un refuge. »
Dans ce village qui compte aussi un foyer d’accueil pour personnes handicapées, une église catholique et un temple protestant, la mixité sociale et culturelle n’est pas un vain mot. « C’est ce qui fait la richesse de notre démarche et qui attire le public », estime Nicolas Lorieux. L’an dernier, près de 12.000 visiteurs ont ainsi participé avec bonheur à l’une des activités proposées. A la belle saison, tous les jeudis, entre 300 et 400 personnes envahissent la place du village pour un concert ou une manifestation en plein air. « Tout en cherchant à professionnaliser notre engagement, nous voudrions que Carla-Bayle, loin d’être un musée à ciel ouvert, reste un village vivant et accueillant. Car nous en sommes persuadés : l’art n’est pas seulement une nourriture de l’esprit. C’est aussi un vecteur de cohésion sociale, une certaine manière de vivre ensemble. »

> Pour en savoir plus :

Association Rue des Arts, Galerie du philosophe, Place de l’Europe, 09130 Carla-Bayle.
Tél : 05 67 44 18 01
Mail : contact.rue.des.arts@gmail.com
Site : www.contactruedesarts.wix.com
Facebook : www.facebook.com/rue.des.arts
> Retrouvez Nicolas Lorieux, dans l'émission Carnets de campagne diffusée vendredi 27 avril à 12h30 sur France Inter, animée par Philippe Bertrand.