mercredi 31 juillet 2019

La Dépêche du 31.07.2019

https://www.ladepeche.fr/2019/07/31/six-artistes-exposent-a-lespace-municipal-les-coucarils,8339318.php

Six artistes exposent à l'espace municipal Les Coucarils

L'inauguration de l'exposition avec le discours de Nicolas Lorieux. / Photo DDM.
L'inauguration de l'exposition avec le discours de Nicolas Lorieux. / Photo DDM.
Publié le
 
Dans le cadre de la vingt-cinquième saison estivale d'art plastique et contemporain, l'association Rue des Arts a sélectionné six artistes qui ont accroché leurs œuvres à l'espace municipal des Coucarils. Ainsi, entre les épis de maïs bien séchés, entre les poutres séculaires et les colombages intérieurs, Agnès Mader, Elisabeth Lombard, Guy Madevery, Jean-Louis Tartas, Sonia Vandeneynde et Thierry Basile, dans des techniques différentes, peinture, sculpture, plasticiens se mélangent pour offrir, jusqu'au 25 août, matière à observer et à acheter. Bernard Boy, président de l'association artistique, se dit très heureux de l'initiative : «La Rue des Arts est particulièrement heureuse et honorée d'accueillir dans le cadre de la vingt-cinquième saison estivale six artistes dans le très bel espace des Coucarils. Nous remercions les membres du comité de sélection pour la qualité et la diversité des artistes qui sont présentés. Cette exposition est une belle invitation à la rencontre d'œuvres et de leurs créateurs et je ne doute pas que le succès sera au rendez-vous».
Ainsi, chaque artiste, avec sa démarche propre et sa représentation de ses ressentis, montre son univers et sa vison des choses, en petit, moyen et grand format. Tous issus de la région Occitanie, les six artistes, dont certains ont déjà exposé au Carla-Bayle, présentent leur parcours respectif et leurs motivations. L'espace est ouvert du mardi au dimanche, de 15 heures à 19 heures ; nocturne le jeudi, pendant les Jeudis du Carla, jusqu'à 21 heures. N'hésitez pas à pénétrer ce lieu, Lucas Fouchard, qui a été médiateur culturel en service civique une saison, est donc revenu pour accueillir le public cet été.
Et dans le village, ce sont plus d'une vingtaine d'ateliers-galeries représentant une quarantaine d'artistes. À noter aussi les autres lieux à l'extérieur du village : aux lieux dits «Niac» et «La Pujade», au château de Lanoux et à la zone artisanale de la Saubole (route de Campagne-sur-Arize). Les galeries sont ouvertes généralement de 14 heures à 18 heures, tous les jours, jusqu'au 1er septembre.

Contact Rue des Arts : 05 67 44 18 01, www.carlabaylecitedesarts.fr
LaDepeche.fr

vendredi 26 juillet 2019

la Dépêche du 26.07.2019

https://www.ladepeche.fr/2019/07/26/mon-beau-village-de-lariege-le-carla-bayle-veritable-repaire-dartistes,8332228.php

«Mon beau village de l'Ariège» : Le Carla-Bayle, véritable repaire d'artistes

La fontaine du Carla-Bayle située au centre du village est devenue l'emblème local./ Photo DDM, O.O.
La fontaine du Carla-Bayle située au centre du village est devenue l'emblème local./ Photo DDM, O.O.
Publié le
l'essentiel : Lancée par «La Dépêche du Midi», l'opération «Mon beau village de l'Ariège» a sélectionné 12 perles du département, dont 4 dans la catégorie Insolite : Carla-Bayle, et aussi Seix, Saint-Félix-de-Tournegat, et Massat. Tous les mardis et vendredis de l'été, découvrez-les et votez sur www.ladepeche.fr.
Perché entre la vallée de la Lèze et celle de l'Arize, le village du Carla-Bayle offre une vue imprenable sur la chaîne pyrénéenne. Un panorama qui à lui seul mérite le détour. Mais pas seulement. Une fois entrée dans la commune, une myriade de couleurs s'enchaîne au gré des rues. Des façades bariolées, tour à tour jaunes, bleus ou encore roses, donnent à ce village ariégeois autant de charme que de caractère. Ici, l'art a investi chaque recoin. En témoigne ces sculptures de l'artiste italien Volti présentes aussi bien à l'entrée du village qu'au détour d'une rue ou juste à côté d'une fontaine. Des sculptures, des peintures et tant d'autres formes d'art exposés à l'extérieur mais aussi à l'intérieur des nombreuses galeries qui peuplent le village. Une particularité qui a fait la renommée du village où de nombreux touristes ne manquent pas de faire étape.

Un art de qualité porté par des artistes dynamiques

Tout commence il y a trente ans. Lorsqu'une poignée d'artistes décide de s'installer au Carla-Bayle en raison d'une offre immobilière attractive. Trissant Râ, artiste peintre, est l'un des premiers à fouler le sol du Carla-Bayle. Qui à l'époque, n'a rien à voir avec ce qu'il est aujourd'hui. Mais le peintre, très vite rejoint par d'autres artistes, décèle en ce village un potentiel certain. Celui d'y faire vivre leur art. «On avait tous des situations précaires, des difficultés à boucler les fins de mois. Ici, on a trouvé une sécurité et surtout un cadre idyllique pour créer.» L'aventure commence. La première exposition est organisée en 1989 par un collectif d'artistes dynamiques. «Par la suite, on a pu être sélectif. Mais on voulait maintenir un art de qualité», se rappelle l'artiste de 74 ans. Les années passant, la patrie du philosophe Pierre Bayle entame sa mue. Accompagnés par la municipalité, les artistes s'installent peu à peu et viennent dynamiser ce coin de basse Ariège. Aujourd'hui, une trentaine de galeries sont présentes dans le village. Des ateliers où les artistes partagent leur art avec les visiteurs.
C'est le cas de Marie Laffite, cette jeune femme originaire du Japon est venue s'installer là il y a quatre ans. Dans sa «Maison jaune», elle expose ses créations — des vêtements aux teintes naturelles — et profite paisiblement de sa vie à la campagne. «Ici, je suis heureuse» confie-t-elle sans hésiter. Comme elle, ils sont une trentaine à s'être établie à l'année et font du Carla-Bayle, une véritable cité des arts.

Le chiffre : 30

artistes > établis de manière permanente. Au Carla-Bayle, on compte une trentaine d'artistes qui ont posé leur valise définitivement au village. Peintres, sculpteurs, graveurs, dessinateurs, créateurs. Leurs univers, tout comme leur art, est aussi divers que variés. Dans le repaire, ils créent, exposent et font vivre ce village de 800 habitants.

La Dépêche du 19.07.2019

https://www.ladepeche.fr/2019/07/19/florence-carbonne-et-jacques-rossello-entre-les-murs,8320446.php

Florence Carbonne et Jacques Rossello entre les murs

Florence Carbonne dans le rai de lumière de la galerie. / Photo M.B.
Florence Carbonne dans le rai de lumière de la galerie. / Photo M.B.
 
Publié le
L'association Rue des Arts poursuit sa trajectoire sur le chemin de l'art contemporain, quitte à bousculer un peu les a priori mais aussi avec l'intention non dissimulée de faire partager un univers artistique différent. Ainsi, pour l'exposition «Bruit blanc et mur aveugle», de Florence Carbonne et Jacques Rossello, le public entre dans la galerie par la grande porte, passe par un sas étanche à la lumière et se retrouve plongé dans le noir avant que l'œil ouvre grand sa pupille et découvre une installation balayée par un rai de lumière teinté de rouge. Et puis il y a le son qui englobe l'espace. Fruit d'une collaboration entre l'artiste Florence Carbonne et Jacques Rossello, musicien et ingénieur du son, ce travail artistique consiste à réaliser une situation dans le lieu particulier de la galerie.
Poursuivant le thème du son dans l'art contemporain, la Rue des Arts et son président Bernard Roy accueillaient avec plaisir, lors de l'inauguration, cette nouvelle exposition. «Dans son book, l'artiste écrit que depuis plusieurs années son travail plastique se déploie dans des installations interrogeant la notion d'espace et le rapport de l'œuvre à son public, souligne le président. Dans la galerie du Philosophe rendue obscure, le visiteur doit donc appréhender l'espace en se laissant guider par sa propre perception de se laisser conduire dans ses mouvements par une mise en espace de quelques éléments mis en tension les menant au point culminant, un mur blanc, un mur aveugle.»
Cette installation hors norme a représenté une préparation toute particulière, un aménagement spécifique qui a été rendu possible grâce à la participation active de Kristel et Philippe, artistes tous deux au Carla-Bayle, et de Nicolas, administrateur culturel de l'association. «Pénétrer dans une installation de Florence Carbonne, poursuit Bernard Roy, est une expérience que l'on n'oublie pas, et j'invite le public à vivre ce moment dans son corps, avec toutes ses capacités de perception, car aucun discours ne peut le transcrire.» Bon voyage !
L'exposition est visible jusqu'au 1er septembre, tous les jours, de 14 heures à 18 heures.

Contact au 05 67 44 18 01.
LaDepeche.fr

vendredi 19 juillet 2019

Remembering last summer

Durant l'été 2018, le village du Carla-Bayle a participé  au au projet INSIDEOUT de l'artiste JR.
insideoutproject.net/
carlabayleinsideout.tumblr.com/

Nous remercions la municipalité du Carla-Bayle, les équipes des associations Rue des Arts et de la Studiothèque, les photographes, les colleuses et colleurs et bien entendu les habitants du village qui ont tous participé activement ! Merci à Camille, notre volontaire en Service Civique qui a réalisé cette vidéo !

" Sur 250 m de remparts côté sud, 220 portraits de Carlanais seront collés la semaine prochaine et inaugurés le 7 juillet. Cet événement, appelé Inside Out, initié par l'artiste français et photographe JR, doit célébrer la tolérance et la différence à travers le monde en exposant le portrait photographique d'habitants dans sa mixité ethnique. Bien sûr, Le Carla-Bayle, ouvert aux peuples depuis des siècles notamment par le biais de son philosophe, mais pas que, s'est mis sur les rangs pour participer à cette immense exposition. Une dizaine de photographes amateurs ou professionnels se sont donc mis à la disposition des «gueules carlanaises» pour leur tirer le portrait en noir et blanc. Ils ont installé durant avril et jusqu'à début mai un studio dans la commune ou ils se sont déplacés dans les hameaux, entreprises, au CADA (centre d'accueil pour demandeurs d'asile), dans les différentes associations sportives et culturelles. Ainsi plus de deux cents prises de vues ont été réalisées et envoyées à l'organisation à New York, qui s'est chargée de les tirer sur papier en format 90 x 135 cm. Quelques semaines après, le message d'outre-Atlantique parvenait aux coordinateurs carlanais : «Your posters have been shipped. I repeat : your posters have been shipped» ! (vos posters ont été expédiés). Les bénévoles devront donc coller les posters entre le 2 et le 7 juillet avec de la colle à tapisserie le long du rempart sud, depuis le haut. Ce qui, ils le savent, ne sera pas très facile. Les tirages disparaîtront ensuite au fil du temps et des caprices de la météo. Le coût des impressions et de l'expédition est totalement pris en charge par l'organisation JR. En contrepartie, le collectif devra réaliser un film et le poster sur le site Internet Inside Out Project et visible du monde entier.

JR, né à Paris, en 1983, a lancé ce projet d'art participatif et global, avec comme objectif de «changer le monde». Chaque action de groupe Inside Out autour du monde est documentée, archivée et publiée sur Internet. Plus de 260 000 personnes ont déjà pris part au projet, dans 129 pays de l'Équateur jusqu'au Népal, du Mexique en Palestine, inspiré par de nombreux thèmes, l'espoir, la diversité, les violences sociales, le changement climatique…" La Dépêche du Midi

vendredi 5 juillet 2019

Vernissage à la Galerie du Philosophe le 10 juillet à 18h




Mercredi 10 juillet à 18h
Vernissage de "bruit blanc et mur aveugle"
Florence Carbonne et Jacques Rossello

L’exposition Bruit blanc et mur aveugle propose une installation in situ, fruit d’une collaboration entre l’artiste Florence Carbonne et Jacques Rossello, musicien et ingénieur du son. Le travail artistique consiste à réaliser une situation dans le lieu particulier de la galerie.
Il en résulte une partition jouée entre raies de lumière et sinusoïdes d’énergie sonore développés dans tout l’espace de la galerie. Le bruit blanc, tout comme la lumière blanche, contient toutes les couleurs sonores qui s’unifient en une énergie vibratoire. Ce projet place le public au cœur d’une expérience ouverte à l’immersion sollicitant les sens le temps d’une déambulation dans l’œuvre. L’enjeu est d’appréhender l’espace en se laissant guider par sa propre perception. Les visiteurs sont conduits dans leurs mouvements par une mise en espace de quelques d’éléments mis en tension les menant au point culminant, un mur blanc, un mur aveugle.
En amont, une observation fine du site a été menée. Une prise de notes a été effectuée sous la forme de dessins, de photographies et de mesures sur place et des expériences ont été pratiquées durant différents moments de la journée et des saisons. En effet, la qualité sonore dans l’endroit a fait l’objet d’une attention constante car le son est un médium sensible à tout changement dans le lieu, dont le plus déterminant est l’indice météorologique. L’installation est l’assemblage de tous les prélèvements récoltés durant le processus de recherche. Les données compilées distillent la complexité de cet espace. Une prise en compte des flux et des fréquentations du lieu a été déterminante pour le projet. Ce lieu rassemble, il est un lieu de travail, de monstration, de médiation pour des publics différents comme les scolaires ou les publics empêches.
Nous vous attendons donc nombreux pour faire l'expérience de cette installation inédite à partir de 18h à la Galerie du Philosophe, sur la place de l'Europe - 09130 Carla-Bayle.
Vous pourrez à cette occasion rencontrer les artistes et partager un verre de l'amitié.

Renseignement :
Galerie du Philosophe
+33 (0)5 67 44 18 01
contact.rue.des.arts [at] gmail.com
www.galerieduphilosophe.fr
Notez également l'hommage à Lucien Grelaud par l'association Geppetto (Les Amoureux d'Angélique) et ses proches le même jour, sur la place de l'Europe également, mais à partir de 16h. Une séance de musique expérimentale aura lieu pour l'occasion.




La Dépêche du 05.07.2019

La saison estivale des artistes est lancée

Tristan Rà, Jean-Luc Couret et Bernard Roy célèbrent le début de la saison estivale. /Photo DDM, M.B.
Tristan Rà, Jean-Luc Couret et Bernard Roy célèbrent le début de la saison estivale. /Photo DDM, M.B.
  Publié le , mis à jour
Sous une autre forme et à l'abri du feu tombant du ciel, l'association Rue des Arts lançait officiellement la 25e édition du festival estival d'arts plastiques. Bernard Roy, président de l'association, aux côtés de Jean-Luc Couret, maire du Carla-Bayle, faisant face à la plupart des artistes résidant à l'année au village, saluait la persévérance des acteurs et bénévoles qui travaillent pour toujours donner plus d'écho à l'art en milieu rural.
Ainsi, au détour des rues et ruelles, ce sont une quarantaine d'artistes et artisans d'art qui exposent leur travail, mais aussi des alentours du village, zone artisanale de la Saubole, au château de Lanoux, aux lieux dits «Niac» et «La Pujade». «En parcourant ces galeries et ateliers, nous ressentons l'harmonie des œuvres d'art et cette harmonie s'impose à tous avec la force de l'évidence», souligne Bernard Roy. La galerie du Philosophe, siège de l'association, accueillera à partir du 11 juillet et jusqu'au 1er septembre une exposition de Florence Carbonne et Jacques Rossello, intitulée «Bruit blanc et mur aveugle». Par ailleurs, l'espace Les Coucarils accrochera une exposition collective regroupant six artistes peintres, sculpteurs ou plasticiens. «La mise en place de cette manifestation est le fruit de la collaboration entre Rue des Arts et les artistes du village ; qu'ils soient ici remerciés pour la qualité et la diversité de leur choix lors des sélections.»

L'art et le protestantisme

En lançant la saison, le président ne pouvait faire l'impasse sur le trentième anniversaire de la maison Pierre Bayle, qui sera célébré en novembre avec un colloque portant sur l'art et le protestantisme et l'exposition «Autour de Pierre Bayle». Trois artistes français [Occitanie], Virginie Loze, Elena Salah et Hipkiss (duo d'artistes du Gers), puis trois artistes hollandais, Lucie Havèl, Lana Mesic et Maarten Bel, ont ainsi été sélectionnés pour une exposition qui se veut être l'expression des liens qui unissent Le Carla-Bayle et Rotterdam sur la pensée de Bayle. Une collaboration ainsi constructive entre le village et l'association dont se félicite le maire, d'autant que depuis début juin Rue des Arts a rejoint la structure Air de Midi, un réseau de structures d'art contemporain en Occitanie. De quoi mieux rayonner dans la région.
Galeries ouvertes tous les après-midi. Renseignements Rue des Arts : 05 67 44 18 01, www.carlabaylecitedesarts.fr

https://www.ladepeche.fr/2019/07/05/la-saison-estivale-des-artistes-est-lancee,8296976.php

lundi 1 juillet 2019

La Dépêche du 27.06.2019

https://www.ladepeche.fr/2019/06/27/eglises-et-sites-historiques-classes-villages-typiques,8280978.php

Une cité artistique haute en lumières et couleurs

Carla la belle. Reconnue pour sa grande activité artistique, son musée Pierre-Bayle mais encore ses galeries d’art, son festival des arts plastiques et graphiques, la commune du Carla-Bayle est également un lieu de vacances avec un lac et les Pyrénées à proximité. Carla-Bayle est connue comme la patrie du philosophe protestant précurseur des Lumières, Pierre Bayle (1647-1706). Situé entre les vallées de l’Arize et de la Lèze, le village est une ancienne place forte moyenâgeuse. Son patrimoine témoigne d’un passé prestigieux avec ses remparts illuminés la nuit. Un lieu de promenade privilégié constitué de ruelles pittoresques, de maisons à colombages et de petites places ombragées. Le village offre un point de vue magnifique sur la chaîne des Pyrénées. Activités économiques, artisanales et commerciales y prospèrent dans un cadre de vie agréable. Le tissu associatif dynamique et les structures offrent aujourd’hui un large choix d’animations. Considéré pour beaucoup comme le village d’art de l’Ariège, onaccueille ici de nombreux peintres, sculpteurs, et potiers toute l’année et foisonne d’animations en été. Durant la saison estivale, tous les jeudis, concert gratuit et repas "cuisines du monde", sur la place de l’Europe.

L’art à l’affiche tout l’été dans les

galeries du Carla

Un festival d’arts plastiques estival se prolonge juillet août et propose des expositions, conférences d’artistes invités, des concerts au cœur du Carla. Depuis plus de 20 ans, l’association Rue des Arts anime ce temps fort. Appareil de diffusion de l’art en milieu rural, elle s’efforce à rendre l’art accessible grâce à des projets de médiations, de visites guidées et d’ateliers. Animations multiples l’été et tout au long de l’année. www.facebook.com/ruedesarts