mercredi 24 avril 2019

"Peintures et estampes" à l'espace des Coucarils - Vernissage le 4 mai

https://scontent-cdt1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/57414146_1997875793841400_7068399335985119232_n.jpg?_nc_cat=107&_nc_ht=scontent-cdt1-1.xx&oh=1a3d5ebf48f159848cebe00bbba3ccf6&oe=5D427107 
 Après Soul Papers, l'espace des Coucarils accueil l'exposition "Peintures et estampes" du 30 avril au 31 mai. Vernissage le samedi 4 mai à 18h à l'espace des Coucarils au Carla-Bayle.

Dernier weekend pour Soul Papers

https://www.ladepeche.fr/2019/04/15/toute-lame-du-dessin-aux-cimaises-des-coucarils,8131448.php

Toute l'âme du dessin aux cimaises des Coucarils

Une centaine de dessins est exposée au centre culturel des Coucarils./ Photo DDM.
Une centaine de dessins est exposée au centre culturel des Coucarils./ Photo DDM.

Dans le couloir d'entrée de l'espace culturel des Coucarils au Carla-Bayle, une série d'autoportraits en dessin représentant les 19 artistes participants à l'exposition Soul Papers accueille le public. Le ton est donné. La visite se poursuit dans les pièces de la vieille bâtisse dont les poutres, les colombages et murs de terre dans lesquels les épis de maïs se devinent, une centaine d'œuvres, dessins en noir, certains en couleurs se côtoient. Soul Papers, Papier d'âme en français, c'est la rencontre autour du dessin contemporain, 2e édition, initié par l'atelier l'Imagerie des rêveurs et Phanette Franzini. Cette dernière lors du vernissage ayant attiré la foule des grands jours rappelait que le dessin était la base tout art. «Le dessin est le début de toute œuvre quelqu'en soit la destination finale. Il est à la portée de tous, un crayon, du fusain, une feuille de papier, un carton suffisent à l'expression d'une idée, d'une pensée ou la représentation de quelque chose.» Et le dessin a de nouveau la cote. «Toujours présent dans les écoles d'arts, il connaît un renouveau avec la jeune génération qui expérimente de nouvelles technologies comme le dessin numérique. Il est aussi dû à la crise du marché de l'art, où les collectionneurs plus méfiants vis-à-vis de l'art contemporains trouvent dans le dessin une valeur sûre, le dessin reste aussi plus accessible pour les bourses plus modérées.» Cette année, un catalogue regroupant les 19 artistes de cette deuxième édition a été édité.
Exposition jusqu'au 28 avril ouverte du mercredi au dimanche de 14 heures à 18 heures.

Retour sur l'Art en Vrac 2019


"L’Art en Vrac s’est imposé pendant ce week-end dans tout le cœur de la cité où se sont côtoyés le charme de la cité du sel, les hauts talents et la modernité des artistes. Les nombreuses animations ont déplacé un monde considérable de curieux, d’amateurs et d’acheteurs."

EN IMAGES : une galerie à ciel ouvert à Salies avec l'Art en Vrac
Kovel de Carla Bayle : « quand les naufragés de l’industrie retrouvent leur titre de noblesse en composition picturale. »
Serge Lavielle

La Dépêche du 22.04.2019

https://www.ladepeche.fr/2019/04/22/une-exposition-qui-electrise,8148525.php

Une exposition qui électrise

Thomas Bigot, Bernard Roy et Lydia Blandinières./ Photo DDM.

Attention où vous mettez les pieds ! Car, pour l'exposition de Thomas Bigot «Transmission», tout un dispositif électronique s'étale sur le sol de la Galerie du philosophe, produisant des sons qui courent le long des fils de cuivre. Pour le vernissage, Bernard Roy, président de l'association Rue des Arts, en présence de Lydia Blandinières, conseillère départementale, a inauguré ainsi la première exposition consacrée au thème du son dans l'art contemporain.
«C'est avec un grand plaisir que nous accueillons Thomas Bigot avec son installation où il déploie des dispositifs composés d'éléments électroniques qui mettent en scène une sorte d'architecture métaphorique du cerveau humain. Cela rappelle un réseau neuronal et ses transmissions synaptiques», a indiqué Bernard Roy.
En effet la structure laisse une large part au hasard dans une sorte d'excitation organisée par plusieurs systèmes électroniques aléatoires qui déclenchent, éteignent, transforment et spatialisent des formes de larsen.
À découvrir jusqu'au 16 juin, tous les jours, de 14 heures à18 heures.